Shoulder Surfing: je veux ton mot de passe Facebook!

Le “Shoulder Surfing", qui signifie jeter un oeil par dessus l’épaule en français, est le terme à la mode aux États-Unis pour désigner un nouveau phénomène qui tend à se développer : la récupération de mot de passe des salariés.

Mot de passe contre embauche !

Selon l’Associated Press, maintenant aux États-Unis certains employeurs n'hésitent pas à demander à leurs salariés les mots de passe pour accéder à leurs réseaux sociaux (ce phénomène se constate pour le moment uniquement sur Facebook).

Mais pourquoi ? Tout simplement pour aller voir si vous êtes un employé modèle et ainsi vérifier toutes les informations dont vous avez limité l’accès. C’est à dire voir les types de publication que vous faites, si vous ne dite rien de négatif sur la société, vérifier que votre absence la semaine dernière était bien dû à un rhume et non à un lendemain de soirée difficile!

Si l'employé refuse de divulguer ces données, certaines entreprises vont beaucoup plus loin et demandent même les salariés récalcitrants en amis !

D’autres encore demandent lors de recrutement d’aller faire un petit tour durant l’entretien sur le Facebook personnel du candidat. Simplement histoire de voir ses messages privés, ses photos, ...En gros pour contrôler s’il s’agit d’une personne dite ”respectable”.

Malheureusement beaucoup de gens sont contraints de se plier à ses conditions, surtout en ce qui concerne le recrutement. Ce qui est dû principalement aux grandes difficultés pour trouver un travail. Ils savent très bien que s’ils refusent l’entreprise n’aura aucune difficulté à trouver quelqu’un d’autre, un rapport de force que certaines entreprises ont bien compris!

Des méthodes qui nuisent plus aux entreprises...

La question de l’éthique de cette méthode est à se poser: est-il contre la liberté des salariés et des candidats d’aller s’introduire dans leur “vie privée”? Les informations recueillies par cette méthode peuvent-elles faire l’objet d’un licenciement?

La seule chose à retenir du “Shoulder Surfing” est ces conséquences négatives pour l’entreprise. Les limites juridiques et éthiques que posent ce genre de pratique. De plus, cela aura comme conséquence d’instaurer dès le début des mauvais rapports salarié/entreprise.
Et enfin il ne faut pas oublier les conséquences négatives que cela peut avoir sur l’image: une entreprise qui utilise ce type de méthode est très mal vue!

Pour le moment les reponsables de Facebook semblent contre l’utilisation l’utilisation de ces pratiques mais ne souhaitent pas pour le moment engager de poursuite juridique contre les entreprises mises en cause, mais cela risque fortement de changer selon l'évolution de cette tendance.

Aux Etats-Unis, des élus démocrates viennent de faire une demande de loi auprès du Sénat afin de mettre un terme à cette pratique. Pour en savoir plus n'hésitez pas à consulter l'article du Figaro de Chloé Woitier.

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé